A propos du projet

... et de l'évolution des activités proposées

Au delà d'être un jardin nourricier et un lieu de ressourcement et de loisir pour notre famille, "La Pâture es Chênes" est le support d'un projet économique professionnel pour notre autonomie financière.

 

Réponses à www.bretagne-creative.net, réseau des acteurs de l'innovation sociale et des transitions en Bretagne.

Ce projet est une suite logique à notre modeste parcours de transition familiale depuis le recyclage, à la consomm’action bio et/ou locale, à la sobriété (n’acheter que ce dont nous avons besoin), à la souveraineté alimentaire (notre droit à une alimentation saine et durable).

Depuis 2004, à chaque déménagement ou l’arrivée d’un enfant, la vie nous a invitée à revoir nos modes de fonctionnement, notre regard sur la vie et ce que l’on voulait en faire.

C’est en 2010 que nous avons souhaité concrétiser plus profondément notre souhait vers plus de sobriété, de ’carpe diem’ et une souveraineté alimentaire dans nos vies.

Nous avons alors quitté notre course effrénée du toujours plus. Nous avons cessé nos activités et sommes partis, avec nos jeunes enfants, à la découverte de projets en permaculture au Portugal. 4 mois nous ont été suffisants pour découvrir notre potentiel en la matière, et réaliser que nous avions une terre familiale qui nous attendait patiemment pour nous y épanouir en Bretagne.

2018 - Construction d'un chalet en bois pour location touristique à compter du printemps 2019 « Un coin de paradis ».

2017 - Achat d'une serre de 24m² et rénovation écologique : rénovation du local d'accueil de formation et installation d'un petit atelier de transformation pour Sylvaine.

2015 - Premières dates de stages et conseil : démarrage de l'activité de transmission au jardin et de conseil à domicile.

2012 - Ouverture sur le monde : premières ouvertures au public local et actions de communication de notre projet sur le web.

Juin 2011 - Quand couvrir la terre devient une évidence : après la visite d'un jardin où la terre n'est jamais laissée à nue (chez Olivier à Plélan-le-Petit pour être plus exact ; - ), nous ne regardons plus la matière végétale de la même façon. Une ressource indispensable à nos yeux pour régénérer le sol de notre jardin alors pas très en forme.

Février 2011 - Récupération de la terre familiale qui nous attendait patiemment... où nous pouvons librement expérimenter les concepts de la permaculture.

2010 - 2ème enfant, découverte de la permaculture et voyage initiatique : il nous devient difficile de palier notre transition, nos 2 enfants et nos activités professionnelles chronophages. "Sauvés par le gong", nous découvrons la permaculture. On quitte alors la course du quotidien à la découverte de fermes permacoles au Portugal.

2006 - Nouvel emménagement avec plus d'espace de terre : Grégory souhaite de se remettre au jardinage comme il l'a appris depuis tout petit avec son père et son grand-père, mais de façon biologique avec utilisation de compost. Sylvaine découvre la cuisine végétarienne.

2004 - 1ère enfant et emménagement dans une longère nouvellement rénovée en pleine campagne : c'est là que nous commençons notre démarche de transition vers plus de respect de l'environnement et notre santé. Nous commençons par le tri sélectif, les produits d'entretien puis une alimentation biologique. Grégory excelle en cuisine avec des produits de bien meilleure qualité et bien plus de goût. Nos sens se réveillent. Nous découvrons aussi la notion de "parentage" : allaitement, portage, couche lavable, éducation positive, etc. avec l'association "L'Arbre à bébés".

Nous avons clarifier la raison d’être de notre projet grâce à la formation en ligne “Concevoir une oasis” proposée par le Mouvement Colibris.

La Pâture es Chênes est le projet d’une famille de créer un lieu de vie et d’épanouissement, avec pour objectif de tendre vers une auto-suffisance alimentaire, financière et énergétique.

Comment pensons-nous atteindre l'auto-suffisance alimentaire ?

  • par l’optimisation progressive de l’espace cultivé (zonage) en prenant en compte notre sol, notre environnement (gestion des vents et de l’eau notamment), nos besoins alimentaires (pour 2 adultes et 3 enfants) et notre temps à disposition pour l’entretien des cultures;
  • par la recherche et l’expérimentation de méthodes durables et respectueuses du vivant et régénératrice des sols (permaculture, agro-écologie, jardinage sol-vivant) et de méthodes pour simplifier le jardinage (planification, calendrier, etc.).

Comment pensons-nous atteindre l'auto-suffisance financière ?

Comment pensons-nous atteindre l'auto-suffisance énergétique ?

  • par la rénovation progressive de notre local de formation (poêle à bois,  panneau solaire pour la lumière, changement des huisseries, isolation).

1. Projet de vie d’une famille en :

  • transition écologique, respect de notre habitat et source de nourriture : la terre,
  • transition humaine, respect de nos valeurs profondes et du sens que l’on veut donner à nos vies,
  • transition sociale, transmission, partage, gouvernance partagée, intelligence collective.

2. Notre objectif premier est de créer et maintenir un système stable, autonome et durable, qui demain nous apportera une belle abondance de végétaux nourriciers. Notre production grandit progressivement au fur et à mesure de l'enrichissement du sol, de l'augmentation de la biodiversité et de l'installation d'un micro-climat sur le lieu.

Le partage accessible de nos expériences et savoirs. Le jardin est un espace de rencontre et de réflexion sur les pratiques de jardinage... qui peut s'étendre aux actions quotidiennes respectueuses de notre environnement.

Notre modèle peut intéresser :

  • les jardiniers en recherche de méthodes respectueuses de la terre et du vivant (jardinage sol-vivant, agro-écologie).
  • les familles ou communautés en recherche d’autosuffisance alimentaire ou/et financière dans un système réfléchi et pérenne sur leurs lieux de vie (permaculture).
  • les citoyens/citadins en recherche de souveraineté alimentaire et de reconnexion à la terre (jardins partagés, incroyables comestibles, ville comestible).

Installation progressive sur petite surface. L’évolution du projet professionnel.

2011 : Achat de la parcelle agricole de 4000 m²

Nous prenons le temps de nous renseigner sur le jardinage naturel, le jardinage sol-vivant et la permaculture. Nous en appliquons les concepts, notamment l’observation et le ressenti du lieu. Le modèle de jardin-forêt nous séduit et répond plutôt bien aux contraintes environnementales de la parcelle (sol drainant, forte amplitude thermique, vent régulier).

2012-2013 : auto-entreprise “vente de fruits et légumes”

Premières récoltes. Nous pensons à en vendre les quelques surplus en vente directe.

Nous démarchons la Chambre d’Agriculture. Nous avons moins d’un 1 SMA = 1,25 Mo en culture de plein champ. Le statut social de cotisant solidaire nous est proposé. Il ne nous convient pas : forfait trop important pour le peu de surplus que nous avons à vendre. De plus : pas de couverture sociale, pas de droit à l’urbanisme, pas d’aide européenne Jeune Agriculteur.

Grégory se présente alors à la CCI comme “particulier qui veut vendre légalement le surplus des récoltes de son grand jardin“. Il lui est proposé de créer une auto-entreprise “vente de fruits et légumes”. C’est assez confortable pour une installation progressive car les cotisations sont calculées selon le chiffre d’affaires.

Les activités agricoles sont exclues du régime auto-entrepreneur. Les statuts sociaux agricoles affiliés à la MSA sont “cotisant solidaire” ou “exploitant agricole” (EI, EURL, SARL, etc.). En tant qu’auto-entrepreneur, Grégory est affilié à la RSI.

2014-2015 : auto-entreprise : “conseil en environnement”

À l’écoute de la demande, nous sommes invités à diffuser et partager les alternatives jardinières que nous expérimentons. Nous nous découvrons une véritable passion pour la transmission. 2015 est l’année de lancement officiel des stages, quasiment tous complets. Preuve du besoin de mettre les mains à la terre… ; – )

Nous pensons tout d’abord à créer une association. Ayant plus d’expérience dans la gestion d’une entreprise, nous optons finalement pour la simplicité et l’autonomie et conservons le régime de l’auto-entreprise.

Grégory fait évoluer son auto-entreprise : “conseil en environnement” en guise d’activité principale, “vente de fruits et légumes” en guise d’activité secondaire. Au sein d’une même auto-entreprise, il est possible de cumuler plusieurs activités de natures différentes = plusieurs codes APE (cf. http://www.cci.fr/web/auto-entrepreneur/activites-mixtes). En plus de la transmission, nous pouvons donc vendre nos surplus de production. Cette vente représente un tout petit pourcentage de nos recettes et est irrégulière. Elle progresse tranquillement en parallèle à l’évolution du jardin-forêt. Nous ne souhaitons pas nous mettre la pression quant à ce que peut nous offrir le jardin en terme de production – c’est important pour nous de laisser à la terre le temps de se régénérer.

2016 : cotisant solidaire

Toujours à la demande, Grégory propose un nouveau service de conseil à domicile auprès des particuliers pour la création de leur jardin avec la permaculture.

Le sol de notre jardin gagnant en maturité et fertilité (rappel : sans engrais ni fumure animale), nous décidons de tester plus grandement les capacités de production de notre éco-système. La présence et patience de Sylvaine est alors requise pour le petit entretien et la gestion des cultures. Jusqu’ici, elle s’est essentiellement occupée de la communication et logistique.

Elle choisit de s’installer cotisant solidaire auprès de la Chambre d’Agriculture, MSA et DDTM… et de se former à la transformation et valorisation de nos produits.

2017

Nouvelle organisation des cultures avec :

  • installation d’une serre (production de plants et culture),
  • réduction de l’espace de culture des végétaux annuels pour optimiser encore plus leur soin (meilleure gestion de l’eau notamment),
  • augmentation des espaces pour les végétaux à culture longue (courges, choux, etc.) et perpétuels ou vivaces (dont les aromatiques).

Notre activité quant à elle se confirme :

2018-2020 : exploitation agricole

Le grand bon…  au 1er janvier 2018, Sylvaine s’installe exploitante agricole en production et transformation diversifiée de légumes, fruits, condimentaires, aromatiques et médicinales. Grégory ferme son auto-entreprise et la rejoint en tant que conjoint collaborateur.

“La Pâture es Chênes” comprend maintenant 2 entreprises :

  • une Entreprise Individuelle micro-BA (micro bénéfice agricole) pour les revenus de la vente de produits frais ou transformés auprès des stagiaires, et de la location touristique d'un chalet bois.
  • et une Entreprise Individuelle BIC pour les revenus de l’activité de transmission et de conseil.

Nous nous donnons 2 années pour asseoir les nouvelles activités… doucement mais sûrement  ! ; – )

Si vous aussi souhaitez vous installer, nous nous ferons un plaisir de vous partager notre expérience. Venez nous rendre visite au jardin et nous répondrons à vos questions !

« La Pâture es Chênes » oasis-ressource (Projet Oasis - Mouvement colibris)

Oasis, un nouveau mode de vie

« Aux quatre coins de la France, des femmes et des hommes construisent depuis des années des havres de paix : éco-hameaux, écoquartiers, habitats groupés etc. Appelons-les Oasis.

Ils sont, à leur échelle, la maquette d’une société plus écologique et plus humaine que nous avons à construire. C’est le choix de la diversité et de l’abondance.

Il y a sans doute une oasis près de chez vous. Chacun peut s’en inspirer pour se ressourcer, apprendre, inventer son lieu de vie, concrétiser son projet.

Ces initiatives citoyennes sont une forme de politique et nous avons le pouvoir de montrer qu’un nouveau mode de vie écologique et participatif est possible ! »

Une oasis se construit autour de cinq principes fondamentaux, cinq leviers de changement individuel et collectif :

  • agriculture et autonomie alimentaire,
  • éco-construction et sobriété énergétique,
  • mutualisation,
  • une gouvernance respectueuse,
  • l’accueil et l’ouverture sur le monde.

Il existe aujourd'hui trois types d'oasis :

  • oasis de vie, lieux de "vivre-ensemble" où cohabitent plusieurs cellules familiales;
  • oasis-ressources, lieux à vocation d'accueil, de transmission par des formations ou des stages... pas nécessairement destinés à être des lieux de vie permanents;
  • et graines d'oasis, oasis en projet.

Aller plus loin sur www.colibris-lemouvement.org :

Magazine Kaizen Oasis Mouvement Colibris

Depuis 2015, nous sommes référencés parmi les premières Oasis de France sur le magazine Kaizen dédié et coédité avec le mouvement Colibris.

Retrouvez-nous aussi sur la carte des Oasis de France et la carte collaborative, écologique et solidaire presdecheznous.fr.

La Pâture es Chênes : terre de permaculture

4000 m² pour apprendre à vivre à son rythme

Trois questions à Sylvaine Alnot, cofondatrice de cette oasis.

Comment êtes-vous arrivée à La Pâture ?

Cette terre agricole de 4000 m² était un vieux bien familial. En 2010, avec mon compagnon Grégory, nous avons décidé de laisser tomber nos métiers qui nous assuraient une vie confortable financièrement, mais dénuée d'épanouissement. Suite à diverses rencontres, nous avons décidé de nous tourner vers la permaculture et le jardinage sol-vivant.

Quel est votre projet ?

Nous transformons petit à petit La Pâture en paradis comestible pour l'autonomie alimentaire et le ressourcement de notre famille. Il nous a fallu tout d'abord nourrir la terre, qui a longtemps été en prairies, après avoir été cultivée de manière intensive. Nous avons mis en place des paillages permanents et plantons depuis arbres, petits fruits, plantes aromatiques, médicinales, etc. pour tendre vers une forêt comestible. Cette production est transformée pour la restauration et la vente auprès de nos stagiaires et visiteurs.

Quand avez-vous décidé d'ouvrir ce lieu ?

C'est en 2015 que nous avons commencé à partager nos expériences, en proposant des stages et des visites. Les gens apprennent à aménager et cultiver leur jardin selon les principes de la permaculture et du jardinage sol-vivant. On voit qu'il y a un vrai besoin de remettre les mains dans la terre. Et nous apprenons aussi beaucoup des personnes qui viennent nous voir. En 2019, nous ouvrons un chalet en bois pour leur permettre de découvrir le lieu, s'y ressourcer à leur tour et profiter de la région.

Découvrir nos nombreuses références dans la presse et autres médias !