« La Pâture es Chênes » oasis-ressource (Projet Oasis – Mouvement colibris)

Article de 2015 – Mise à jour 2019 avec la ré-édition du magazine Kaizen.

Oasis, un nouveau mode de vie

« Aux quatre coins de la France, des femmes et des hommes construisent depuis des années des havres de paix : éco-hameaux, écoquartiers, habitats groupés etc. Appelons-les Oasis.

Ils sont, à leur échelle, la maquette d’une société plus écologique et plus humaine que nous avons à construire. C’est le choix de la diversité et de l’abondance.

Il y a sans doute une oasis près de chez vous. Chacun peut s’en inspirer pour se ressourcer, apprendre, inventer son lieu de vie, concrétiser son projet.

Ces initiatives citoyennes sont une forme de politique et nous avons le pouvoir de montrer qu’un nouveau mode de vie écologique et participatif est possible ! »

Une oasis se construit autour de cinq principes fondamentaux, cinq leviers de changement individuel et collectif :

  • agriculture et autonomie alimentaire,
  • éco-construction et sobriété énergétique,
  • mutualisation,
  • une gouvernance respectueuse,
  • l’accueil et l’ouverture sur le monde.

Il existe aujourd’hui trois types d’oasis :

  • oasis de vie, lieux de “vivre-ensemble” où cohabitent plusieurs cellules familiales;
  • oasis-ressources, lieux à vocation d’accueil, de transmission par des formations ou des stages… pas nécessairement destinés à être des lieux de vie permanents;
  • et graines d’oasis, oasis en projet.

Aller plus loin sur www.colibris-lemouvement.org :

Depuis 2015, nous sommes référencés parmi les premières Oasis de France sur le magazine Kaizen dédié et coédité avec le mouvement Colibris.

Retrouvez-nous aussi sur la carte des Oasis de France et la carte collaborative, écologique et solidaire presdecheznous.fr.

La Pâture es Chênes : terre de permaculture

4000 m² pour apprendre à vivre à son rythme

Trois questions à Sylvaine Alnot, cofondatrice de cette oasis.

Comment êtes-vous arrivée à La Pâture ?

Cette terre agricole de 4000 m² était un vieux bien familial. En 2010, avec mon compagnon Grégory, nous avons décidé de laisser tomber nos métiers qui nous assuraient une vie confortable financièrement, mais dénuée d’épanouissement. Suite à diverses rencontres, nous avons décidé de nous tourner vers la permaculture et le jardinage sol-vivant.

Quel est votre projet ?

Nous transformons petit à petit La Pâture en paradis comestible pour l’autonomie alimentaire et le ressourcement de notre famille. Il nous a fallu tout d’abord nourrir la terre, qui a longtemps été en prairies, après avoir été cultivée de manière intensive. Nous avons mis en place des paillages permanents et plantons depuis arbres, petits fruits, plantes aromatiques, médicinales, etc. pour tendre vers une forêt comestible. Cette production est transformée pour la restauration et la vente auprès de nos stagiaires et visiteurs.

Quand avez-vous décidé d’ouvrir ce lieu ?

C’est en 2015 que nous avons commencé à partager nos expériences, en proposant des stages et des visites. Les gens apprennent à aménager et cultiver leur jardin selon les principes de la permaculture et du jardinage sol-vivant. On voit qu’il y a un vrai besoin de remettre les mains dans la terre. Et nous apprenons aussi beaucoup des personnes qui viennent nous voir. En 2019, nous ouvrons un chalet en bois pour leur permettre de découvrir le lieu, s’y ressourcer à leur tour et profiter de la région.